Pula obtient un financement de série B de 20 millions de dollars

Pula, une insurtech basée au Kenya, souhaite depuis 2015 améliorer l'accès à l'assurance agricole pour les petits agriculteurs des marchés émergents, en les protégeant contre les pertes dues aux ravageurs, aux maladies et/ou aux événements météorologiques extrêmes comme les inondations et les sécheresses.

Jusqu'à présent, l'insurtech a aidé 15,4 millions d'agriculteurs en Afrique, en Asie et en Amérique latine à s'assurer, et elle envisage davantage grâce à un financement de série B de 20 millions de dollars qui lui permettra d'établir de nouveaux partenariats, notamment pour les couvertures du bétail.

Le gestionnaire d'investissement mondial BlueOrchard a mené le cycle grâce à sa stratégie InsuResilience, qui vise à fournir un accès à l'assurance climatique aux personnes vulnérables dans les marchés émergents. L'IFC, par le biais de sa plateforme de capital-risque de 225 millions de dollars, la Fondation Bill & Melinda Gates, Hesabu Capital et les investisseurs existants, ont également participé au cycle.

« Le partenariat avec ce groupe d'investisseurs partageant les mêmes idées pour stimuler la croissance de Pula à l'échelle mondiale constitue une étape très intéressante dans la réalisation de notre vision triple 100, à travers laquelle nous avons l'intention d'apporter une assurance à 100 millions de petits exploitants agricoles. Ce qui a commencé il y a neuf ans comme une idée non conventionnelle que beaucoup considéraient comme non évolutive est désormais une solution éprouvée qui a répondu aux besoins réels de millions de petits agriculteurs dans 22 pays », a déclaré Thomas Njeru, PDG de Pula, cofondateur de l'insurtech avec Rose Goslinga. .

Pula intègre l'assurance dans les produits de ses partenaires

Au lieu de vendre de l'assurance directement aux agriculteurs, Pula a construit un canal de distribution de plus de 100 partenaires, dont des organisations caritatives, des banques, des gouvernements et des sociétés d'intrants agricoles, pour servir même les agriculteurs difficiles à atteindre, en intégrant l'assurance, par exemple, dans les coûts des intrants agricoles ou le crédit.

Chaque produit proposé par Pula est personnalisé pour répondre aux demandes de ses clients et aux besoins des agriculteurs bénéficiaires. Les produits, souscrits par des compagnies d'assurance et de réassurance, sont conçus (y compris la fixation des primes) via la plateforme actuarielle numérique de Pula, sur la base de données historiques, notamment les conditions météorologiques et la fréquence d'événements tels que les inondations ou la sécheresse, les récoltes, les pertes et les intrants utilisés.

Parmi ses collaborations figure un partenariat à long terme avec le gouvernement de Zambie, dans lequel l'insurtech intègre des primes d'assurance avec des paquets d'engrais et de semences, atteignant les agriculteurs de tout le pays. En Éthiopie, elle s'est associée au Programme alimentaire mondial, à la Banque allemande de développement KfW et à un assureur local, où elle a intégré une assurance dans le système de bons d'intrants qui a bénéficié à 122 000 agriculteurs. Et son impact est sur le point de se faire sentir suite à une épidémie de rouille du blé dans la région d'Amhara, où Pula devrait verser le plus gros versement d'assurance à ce jour, estimé à 800 000 dollars.

Pula affirme avoir constaté une augmentation des investissements, des rendements et des économies de la part des agriculteurs utilisant ses produits, soulignant les avantages que l'assurance agricole laisse présager pour les marchés émergents comme l'Afrique, où les petits agriculteurs contribuent à 70 % de l'approvisionnement alimentaire alors que seulement 1 % d'entre eux sont couverts. . Le coût élevé, le manque de sensibilisation et le manque d’accès sont quelques-uns des obstacles à l’accès à l’assurance agricole.

« Les recherches menées par Pula dans certains pays africains où nous proposons une assurance montrent que l'assurance agricole aide les petits exploitants agricoles à augmenter en moyenne les investissements dans leurs exploitations de 16 %, à améliorer les rendements de 56 % et à augmenter l'épargne des ménages jusqu'à 170 %. En outre, l'impact sur les moyens de subsistance des agriculteurs peut être constaté à travers les indemnisations de notre assureur partenaire – qui ont atteint près de 40 millions de dollars américains pour 900 000 agriculteurs depuis la création de Pula jusqu'à présent », a déclaré Njeru.

« Enfin, notre impact se reflète dans notre taux de renouvellement et notre croissance. Quatre-vingts pour cent des groupes d'agriculteurs et des agrégateurs qui achètent des produits d'assurance développés à Pula auprès de nos assureurs partenaires renouvellent l'année suivante, ce qui est supérieur à la moyenne du secteur et reflète la satisfaction de nos clients à l'égard de nos produits complets.

S'appuyant sur le succès de ses produits d'assurance récolte, Pula s'apprête à introduire des couvertures pour le bétail dans des pays comme le Kenya après l'achèvement d'un programme pilote lancé au Nigeria l'année dernière. Pula, par l'intermédiaire de partenaires d'assurance, offre aux familles rurales du Nigeria une couverture complète contre le banditisme, les maladies et la mort d'animaux. Elle double également sa présence en Asie et en Amérique latine, marchés sur lesquels elle est entrée en 2021.

A lire également