Demandez à Sophie : Puis-je obtenir un visa O-1A pour contourner le processus H-1B ?

Sophie Alcorn, avocate, auteur et fondateur d’Alcorn Immigration Law à Silicon Valley, en Californie, est un avocat spécialisé certifié primé en droit de l’immigration et de la nationalité par le State Bar Board of Legal Specialization. Sophie est passionnée par le dépassement des frontières, l’expansion des opportunités et la connexion du monde en pratiquant le droit de l’immigration avec compassion, vision et expertise. Connectez-vous avec Sophie sur LinkedIn et Twitter.

Les membres TechCrunch+ ont accès aux colonnes hebdomadaires « Demandez à Sophie » ; utilisez le code promotionnel ALCORN pour acheter un abonnement d’un ou deux ans à 50 % de réduction.


Chère Sophie,

j’ai signé le Lettre OpenAI menaçant de partir à moins que le conseil d’administration ne démissionne. Je suis ingénieur en IA sur H-1B. J’ai passé le PERM et mon EB-3 I-140 a été approuvé. Cependant, ma date de priorité n’est pas encore à jour. Si Altman ne peut pas revenir, comment puis-je rester aux États-Unis et commencer à explorer de nouvelles opportunités dans les startups d’IA ?

— Employé enhardi


Note de l’éditeur: Cette situation sera probablement résolue avec le retour de Sam Altman en tant que PDG d’OpenAI. Mais la chronique reflète la réalité des travailleurs étrangers dans la Silicon Valley et aux États-Unis et, à ce titre, nous pensons que les conseils contenus dans l’article méritent d’être publiés. Lisez les anciennes chroniques de Sophie Alcorn ici.


Cher Enhardi,

J’admire votre courage de défendre ce qui vous tient vraiment à cœur en signant cette lettre, même si cela a pu mettre en danger votre capacité à rester aux États-Unis. Défendre vos valeurs, même lorsqu’elles vont à l’encontre de vos intérêts personnels, témoigne de la ténacité, du courage et de la détermination des immigrants et de la valeur que vous ajoutez à ce pays. Surtout cette semaine de Thanksgiving, je vous suis reconnaissant !

Rassurez-vous, je vous soutiens ! La bonne nouvelle est que l’administration Biden a manifesté son désir et son engagement à attirer et à retenir des ingénieurs en IA talentueux comme vous ici aux États-Unis. De plus, les ingénieurs en IA talentueux sont très demandés par les employeurs de tous horizons, qu’il s’agisse de startups en démarrage. aux plus grandes entreprises technologiques. Jetez un oeil à Décret exécutif que le président Biden a publié en octobre et ce Colonne Demandez à Sophie.

Plongeons-nous pour discuter des moyens de rester aux États-Unis et commençons à explorer de nouvelles opportunités dans les startups d’IA.

Explorer de nouvelles opportunités

En tant qu’ingénieur IA, vous disposez de nombreuses options ! Vous pouvez rester chez OpenAI pour le moment et trouver un emploi à temps partiel dans une startup d’IA en parallèle. Avant de franchir cette étape, jetez un œil aux petits caractères de votre contrat de travail avec un avocat en propriété intellectuelle pour vous assurer qu’il s’agit d’une option. Vous pouvez quitter OpenAI et chercher un nouveau poste dans une startup d’IA, mais gardez à l’esprit que vous ne disposerez que d’un délai de grâce de 60 jours ou que vous devrez obtenir un B-1 visa de visiteur d’affaires. L’année dernière, lors des licenciements technologiques, USCIS clarifié que le délai de grâce de 60 jours peut s’appliquer même si vous quittez votre emploi et que vous pouvez chercher un nouveau rôle tout en ayant le statut B-1/B-2.

Il existe de nombreux fonds de pré-amorçage disponibles pour les startups d’IA générative si vous souhaitez créer votre propre entreprise, même en tant qu’immigrant. Plus de 40 milliards de dollars de financement en capital-risque ont été investis dans des startups d’IA au cours des six premiers mois de 2023, selon PitchBook. De plus, les sociétés d’IA ont reçu cette année plus d’un quart du total des investissements dans toutes les startups aux États-Unis, soit plus du double par rapport à l’année dernière, selon Crunchbase.

Gardez à l’esprit que parce qu’OpenAI vous a parrainé pour le H-1B visa de profession spécialisée, vous ne pouvez travailler que pour OpenAI. Si vous souhaitez travailler pour une autre startup ou créer la vôtre, cette startup devra soit transférer votre H-1B, soit vous parrainer pour un autre visa. Beaucoup de gens se tournent vers un H-1B simultané comme source de assurance licenciement s’ils peuvent se qualifier.

A lire également