La consolidation se poursuit dans la micromobilité alors que Cooltra rachète Cityscoot

Le tribunal de commerce de Paris a accepté l’offre de Cooltra d’acquérir Cityscoot. Ces deux sociétés proposent des cyclomoteurs électriques partagés que vous pouvez débloquer et conduire pour vous déplacer d’un endroit à un autre. Cityscoot avait été placé sous redressement judiciaire il y a plusieurs mois.

Alors que les taux d’intérêt tournaient autour de 0 % en Europe, les startups de micromobilité ont prospéré. L’Europe est devenue le terrain de jeu idéal pour les startups de scooters, les services de vélos en libre-service et les entreprises de cyclomoteurs électriques grâce à des villes denses combinées à un faible coût du capital.

Mais les choses ont pris une tournure sombre avec la hausse des taux d’intérêt. Non seulement il est devenu plus difficile de lever des fonds, mais également d’obtenir les facilités de crédit nécessaires à l’acquisition de nouveaux véhicules. Cela a favorisé une vague de faillites et de fusions.

Cityscoot, l’un des principaux services de micromobilité à Paris avec ses emblématiques cyclomoteurs électriques blancs et bleus, est la dernière entreprise à cesser ses activités suite à une acquisition de dernière minute auprès de Cooltra.

Cityscoot a été la première entreprise à introduire le concept de cyclomoteurs électriques partagés à Paris, avant que les scooters de sociétés américaines comme Lime et Bird et les vélos partagés de sociétés chinoises comme Ofo et Mobike ne débarquent en Europe.

L’entreprise a levé des dizaines de millions d’euros auprès d’investisseurs privés et publics, dont le Groupe RATP et la Caisse des Dépôts. Il s’est étendu à d’autres villes, comme Nice, Milan, Rome et Turin, Paris restant le principal marché de Cityscoot.

Dans le même temps, des sociétés étrangères de micromobilité ont également commencé à considérer Paris comme un marché potentiellement intéressant, notamment Cooltra et Yego. Lime a même joué avec l’idée de lancer des cyclomoteurs électriques à Paris. Cityscoot, Cooltra et Yego ont remporté un appel d’offres organisé par la ville de Paris pour limiter les cyclomoteurs à trois autorisations d’exploitation.

Cooltra acquiert principalement une base d’utilisateurs

Et pourtant, quelques mois plus tard, Cityscoot n’a pas réussi à obtenir un nouveau cycle de financement pour maintenir l’entreprise à flot et a déposé son bilan. Elle a ensuite été placée sous séquestre judiciaire. Dans le cadre de cette procédure, le tribunal a reçu plusieurs offres d’acquisition de Cityscoot.

L’ancien PDG de l’entreprise, Bertrand Fleurose, a fait part sur LinkedIn de son intention de racheter Cityscoot. Mais le tribunal a rejeté son offre, probablement parce qu’il ne disposait pas de suffisamment de soutiens financiers.

Cooltra a proposé une autre offre qui se concentre principalement sur les actifs de Cityscoot, y compris sa base d’utilisateurs. Suite au jugement d’aujourd’hui, seuls 30 salariés conserveront leur emploi alors que Cityscoot comptait plus de 150 salariés. Selon des documents judiciaires, Cooltra dépense 400 000 € (430 000 $ au taux de change actuel) pour acquérir Cityscoot et prévoit de dépenser environ 1,5 million d’euros (1,6 million de dollars) au cours des deux prochaines années pour financer la fusion.

Mais Cooltra souhaite également agir rapidement. La société affirme que les utilisateurs de Cityscoot pourront se connecter à l’application Cooltra avec leurs informations de connexion existantes à partir de demain. Les cyclomoteurs Cooltra recevront également de nouveaux autocollants pour montrer que Cityscoot et Cooltra sont désormais le même service afin de faciliter la transition.

Pour rappel, dans d’autres actualités sur la micromobilité, Bird a récemment déposé son bilan après l’acquisition de Spin, et Tier et Dott ont annoncé leur intention de fusionner et de former une seule entité. Voi a également récemment licencié 120 personnes. Et le Superpedestrian fermé aux États-Unis

C’est un bain de sang pour les startups de micromobilité dans le contexte économique actuel. Et la disparition de Cityscoot n’est probablement pas la dernière entreprise à déposer le bilan dans le domaine.

A lire également