Byju's déclare que les investisseurs n'ont pas le droit de voter pour révoquer le fondateur du groupe edtech

Après des mois de conflit en coulisses, Byju’s et certains de ses plus gros investisseurs expriment désormais publiquement leurs plaintes les uns envers les autres.

Byju’s, autrefois la startup la plus valorisée d’Inde, a déclaré vendredi que ses investisseurs n’avaient pas le droit de vote pour demander des changements de direction, un jour après qu’un groupe d’actionnaires a convoqué une assemblée générale extraordinaire pour retirer le fondateur Byju Raveendran et sa famille des postes les plus élevés au sein de l’entreprise. groupe edtech.

Dans un communiqué de presse, Byju’s a déclaré qu’elle poursuivrait ses délibérations en vue de lever 200 millions de dollars dans le cadre d’une émission de droits, pour laquelle elle a reçu « des réponses encourageantes de la part de plusieurs investisseurs ».

Par ailleurs, la direction de Byju a informé les employés plus tôt vendredi que la question des droits en cours avait déjà reçu des engagements pour « plus de 100 pour cent du montant proposé ». Ils ont reproché aux investisseurs de « voir la crise » comme une « opportunité de conspirer » et ont exigé le retrait de Raveendran.

La direction de Byju a également imputé le « léger retard » dans le versement des salaires de janvier à la « crise artificiellement provoquée » par certains investisseurs.

Des investisseurs, dont Prosus, General Atlantic, Peak XV et Chan Zuckerberg Initiative, ont déclaré jeudi dans un communiqué qu’ils cherchaient à résoudre les « problèmes en suspens de gouvernance, de mauvaise gestion financière et de conformité ; la reconstitution du Conseil d’Administration, afin qu’il ne soit plus contrôlé par les fondateurs de T&L ; et un changement à la direction de la société.

C’était la troisième fois que les investisseurs sollicitaient une réunion d’AGE. Cette nouvelle demande fait suite au lancement par Byju d’une augmentation de capital destinée à lever des capitaux, qu’elle considère comme essentiels à sa survie. La startup basée à Bangalore, autrefois évaluée à 22 milliards de dollars et qui a levé plus de 5 milliards de dollars, a réinitialisé sa valorisation à 25 millions de dollars lors de l’émission de droits, a précédemment rapporté TechCrunch.

Déclaration complète de Byju vendredi :

Think & Learn Private Limited, la société mère de BYJU’S, a noté avec tristesse les déclarations de quelques investisseurs sélectionnés appelant à une assemblée générale extraordinaire (AGE) pour remplacer le fondateur et PDG du groupe Byju Raveendran. Dans ces circonstances malheureuses, nous tenons à souligner que la convention d’actionnaires ne leur donne pas le droit de voter sur le changement de PDG ou de direction.

TLPL poursuivra l’émission de droits proposée de 200 millions de dollars après avoir reçu des réponses encourageantes de plusieurs investisseurs. L’entreprise se réjouit du soutien reçu par une large partie de ses actionnaires

L’importance cruciale de l’émission de droits a été partagée avec tous les actionnaires, le capital étant essentiel pour un redressement réussi. Malheureusement, l’entreprise et nos employés paient le prix d’une impasse déclenchée par certains investisseurs. La continuité des activités est essentielle et nous y accorderons la priorité dans nos actions.

Byju Raveendran et son équipe de direction ont maintenu TLPL à flot après que trois investisseurs ont quitté le conseil d’administration de la société l’année dernière, déclenchant une crise plus large. La société, ainsi que le conseil consultatif composé de Rajneesh Kumar et Mohandas Pai, ont constitué un groupe de travail avec les investisseurs pour trouver une voie constructive à suivre.

L’entreprise et ses dirigeants ont informé le groupe de travail de toutes les questions cruciales, notamment la restructuration en cours de l’entreprise, la situation financière et les audits. TLPL a redressé l’entreprise, réduisant la consommation mensuelle à un niveau proche du seuil de rentabilité opérationnel et travaillant bientôt sur une actualisation technologique basée sur l’IA. Dans ce contexte, les actions de certains investisseurs anonymes sont perturbatrices à une époque très difficile.

TLPL restera sur la voie du dialogue même si les fondateurs et la direction trouvent des moyens de répondre aux obligations croissantes de l’entreprise, y compris le paiement des salaires. Nous tenons à souligner à nouveau que la société n’a reçu aucun financement d’investisseurs externes depuis près de deux ans, à l’exception du fondateur qui a injecté plus d’un milliard de dollars – raison pour laquelle elle a lancé une émission de droits comme moyen rapide et équitable de lever des fonds.

A lire également