Coverdash rassemble les plus grands assureurs afin que les PME puissent obtenir une couverture en quelques minutes

Lorsque Coverdash, qui propose des produits d’assurance commerciale aux startups, a triplé le nombre de partenaires de distribution intégrés pour atteindre plus de 100 au cours de l’année écoulée, le PDG Ralph Betesh a dû prendre une décision.

Il pourrait soit continuer à progresser vers la rentabilité, soit lever un tour de table de capital-risque – dont le fournisseur d’assurance commerciale n’avait pas vraiment besoin – afin de pouvoir intégrer plus rapidement des partenaires plus importants.

« De plus en plus de grands partenaires ont continué à venir et à conclure avec nous, poussant à figurer sur notre feuille de route », a déclaré Betesh à TechCrunch. « Nous avons discuté lentement de l’ajout de ces partenaires, mais nous pensions que nous risquions de les perdre. D’un autre côté, tout le monde nous a dit que cela pourrait être l’environnement le plus difficile pour une Série A au cours des quatre dernières années. »

De plus, il n’y a pas si longtemps que Coverdash avait levé des capitaux. TechCrunch a présenté l’entreprise pour la dernière fois début 2023 lorsqu’elle a levé 2,5 millions de dollars en financement de démarrage. A cette époque, l’entreprise s’était récemment lancée avec 35 partenaires de distribution.

Betesh a fondé l’entreprise avec David Vainer et Avery Rubin en 2022. Coverdash offre aux petites entreprises, aux commerçants en ligne et aux indépendants la possibilité de souscrire une assurance commerciale dans des domaines tels que les polices d’assurance des propriétaires d’entreprise, la cybersécurité et l’indemnisation des accidents du travail.

Les partenaires de distribution, tels que les prestataires de paie, les banques et les plateformes SaaS verticales, intègrent l’outil d’assurance de Coverdash dans leurs plateformes. Les entreprises répondent ensuite à quelques questions, sélectionnent une police d’assurance et obtiennent une couverture en quelques minutes.

« Notre objectif était de proposer aux clients intégrés, ou aux clients consommateurs directs, des options proposées par les plus grands noms de l’assurance et de vous permettre de choisir ce qui vous convient le mieux », a déclaré Betesh. « Cette approche nous protège également de certaines nuances spécifiques aux transporteurs. Par exemple, si un opérateur ne prend pas le risque, nous avons de nombreuses autres options pour vous, ce qui nous permet de vous proposer de meilleurs prix et une meilleure couverture pour ce prix. C’est vraiment puissant pour le client final sur lequel nous nous concentrons.

Au cours de la dernière année, Coverdash a ajouté un produit de responsabilité de gestion spécifiquement destiné aux startups qui disposent d’un conseil d’administration ou lèvent des capitaux. Cela s’accompagne de certaines exigences, comme avoir une assurance responsabilité civile pour les administrateurs, les dirigeants de l’entreprise et les autres dirigeants, a expliqué Betesh.

Ce nouveau produit a permis à Coverdash de réaliser de grandes affaires, notamment de nouveaux partenaires et une croissance à tous les niveaux. De la multiplication par cinq de ses effectifs au triplement de ses partenariats de distribution intégrés, en passant par une croissance de 30 % du nombre de clients d’un mois à l’autre. Betesh n’a pas été plus précis sur les revenus, sauf pour dire qu’ils ont augmenté « de façon exponentielle » au cours de l’année écoulée en raison du partenariat et de la croissance de la clientèle.

En fin de compte, Betesh et ses cofondateurs ont choisi d’emprunter la voie du capital-risque, levant 13,5 millions de dollars de financement de série A. Le nouvel investisseur Nyca Partners a mené le cycle et a rejoint les investisseurs existants, notamment Bling Capital, AXIS Digital Ventures, Tokio Marine Future Fund, Expansion VC et Cameron Ventures.

« Nous étions prêts », a déclaré Betesh. « Tout s’est mis en place très rapidement et, en plus de deux semaines, nous avons reçu des offres de plusieurs entreprises. Nous avons vraiment eu de la chance. Ce qui nous a aidés, ce sont les partenariats et ce que nous avons pu proposer en si peu de temps, ainsi que notre concentration sur la rentabilité dès que possible.

A lire également