La plateforme cloud native de gestion de conteneurs Weaveworks ferme ses portes

Weaveworks, une startup spécialisée dans les outils de développement cloud natifs, a annoncé aujourd’hui sur LinkedIn sa fermeture, un triste jour pour toute startup.

« Je suis très triste d’annoncer – officiellement – ​​que Weaveworks fermera ses portes et mettra fin à ses opérations commerciales. Les clients et les partenaires travailleront avec un fiduciaire financier que nous annoncerons bientôt », a écrit le PDG Alexis Richardson, qui a contribué au lancement de l’entreprise en 2014.

L’entreprise s’est heurtée au problème des ventes inégales, un gros problème pour les startups, mais surtout pour celles qui occupent la position de Weavework. Lors de son lancement en 2014, le cloud natif était à peine sur toutes les lèvres. Kubernetes ne sera lancé que l’année suivante, et ils étaient précoces sur le marché.

Mais au fil du temps, ils ont été confrontés à la concurrence croissante de sociétés comme Harness Labs et CircleCI, bien mieux capitalisées. Richardson affirme que même si l’entreprise a connu une croissance à deux chiffres en 2023, les ventes ont été « irrégulières » et qu’elle manquait de capital et qu’une chance d’être acquise a échoué, a-t-il déclaré.

Avec peu de perspectives, l’entreprise n’a eu d’autre choix que de fermer ses portes. Richardson s’est excusé pour la situation difficile de l’entreprise dans la publication LinkedIn. « Je ne peux que m’excuser auprès de tout le monde pour cette tournure difficile. Je pourrais dire que cela n’aurait pas dû arriver, mais je sais que nous ne sommes pas seuls sur ce marché. Des navires plus gros se sont égarés », a-t-il écrit.

Weaveworks a levé une somme d’argent substantielle en cours de route, plus de 61 millions de dollars, par Crunchbase, mais son dernier tour s’élevait à 36 millions de dollars fin 2020. Alors que l’économie tournait en 2022, comme l’a souligné Richardson, le marché est devenu difficile pour de nombreuses startups. là-bas. Ce n’est que la dernière victime.

La société laisse derrière elle certains logiciels open source qui, selon lui, continueront à fonctionner, mais les détails sur la manière dont cela se produira ne sont pas encore disponibles. « L’histoire ne s’arrête pas là : nos logiciels open source sont utilisés partout. Je travaille avec plusieurs grandes organisations pour m’assurer que CNCF Flux soit dans l’état le plus sain. Nous en reparlerons bientôt », a-t-il écrit.

A lire également