RepeatMD obtient des capitaux pour développer son activité de réservation d'esthétique et de bien-être

Traditionnellement, l’industrie de l’esthétique et du bien-être – spas médicaux, dermatologues, chirurgiens plasticiens, cliniques d’amaigrissement, obstétriciens-gynécologues, etc. – s’appuie sur des consultations en personne et des campagnes de marketing ad hoc pour stimuler leur activité. Mais la pandémie a changé la donne. On s’attend désormais à ce que ces entreprises soient présentes sur les principaux canaux numériques.

Cependant, tous les cabinets ne disposent pas des compétences et de l’expertise nécessaires pour établir de telles présences – c’est là qu’interviennent des entreprises comme RepeatMD. Fondée en 2021, RepeatMD fournit des solutions logicielles clés en main aux opérateurs du secteur de l’esthétique et du bien-être.

« Les acheteurs de RepeatMD sont des petites et moyennes entreprises qui souhaitent générer une nouvelle source de revenus pour leur pratique », a déclaré Phil Sitter, fondateur et PDG de ReadMD, à TechCrunch dans une interview par courrier électronique. « Notre plateforme permet aux praticiens de vendre leurs traitements 24 heures sur 24 et améliore l’expérience d’achat des patients grâce à une application mobile.

Sitter, un entrepreneur régulier, a démarré RepeatMD de manière rentable jusqu’à fin 2022, lorsque la startup a clôturé son cycle de démarrage. Il a financé Repeat en partie grâce aux bénéfices de VIPinsiders, un programme de fidélité et de récompenses en matière de nourriture et de boissons basé à Houston (Sitter est originaire de Houston) et d’un restaurant que Sitter possède, le restaurant de brunch et de déjeuner basé à Houston, EggHaus Gourmet.

Comme Sitter l’a mentionné, RepeatMD crée des applications pour les entreprises d’esthétique et de bien-être – des applications qui permettent aux clients de s’inscrire et de payer des abonnements mensuels à des cabinets et des traitements récurrents. Grâce à une intégration avec Affirm, les clients peuvent payer les services par versements mensuels s’ils le souhaitent.

Comme de nombreux programmes de fidélité, les applications de RepeatMD « donnent également un coup de pouce » aux clients en leur envoyant des notifications avec des offres de réduction. Sitter les décrit comme des expériences de « style Starbucks Rewards ».

RépéterMD

Crédits images : RépéterMD

« L’objectif est d’être le Shopify de l’industrie médicale, en aidant les cabinets médicaux à vendre davantage de leurs procédures facultatives », a déclaré Sitter. « Nous investissons dans des solutions algorithmiques pour rationaliser le processus d’intégration du cabinet et améliorer l’expérience d’achat des patients, permettant ainsi à ces derniers de découvrir plus facilement les traitements qui correspondent à leurs objectifs.

Cela semble être une stratégie gagnante pour RepeatMD. La société affirme désormais desservir plus de 3 500 cabinets et 700 000 utilisateurs, et les revenus du logiciel en tant que service de RepeatMD ont augmenté de 130 % au cours de l’année écoulée, selon Sitter.

Cela a éveillé l’intérêt des investisseurs. Aujourd’hui, RepeatMD a annoncé avoir levé 40 millions de dollars lors d’un cycle de financement mené par Centana Growth Partners et Full In Partners avec la participation de Proof et Mercury Fund, ainsi qu’un prêt de 10 millions de dollars de la Silicon Valley Bank. (Sitter dit que le prêt a été obtenu à des « conditions favorables ».)

Le nouveau capital, qui porte le total levé par RepeatMD à 56 millions de dollars, sera utilisé pour développer le réseau de partenaires de la startup, développer la plateforme de RepeatMD et étendre l’équipe de l’entreprise d’environ 130 employés à plus de 150 d’ici la fin de l’année, a déclaré Sitter. .

« RepeatMD a connu une accélération massive de son produit au cours des 12 derniers mois, alors que les cabinets recherchent de nouvelles façons de générer des revenus », a-t-il ajouté. « Nous générons de nouveaux revenus pour les cabinets et le programme de récompenses résout la fidélisation des patients. »

A lire également