Le deuxième fonds de Saviu Ventures atteint 12 millions d'euros, le premier à soutenir les startups d'Afrique francophone

Saviu Ventures, une société de capital-risque ciblant les startups d’Afrique francophone, a réalisé un premier tour de table de 12 millions d’euros pour son deuxième fonds avec le soutien d’investisseurs privés, dont des family offices français et kenyans.

La société de capital-risque vise à clôturer le fonds entre 30 et 50 millions d’euros pour investir principalement dans des startups en Afrique francophone. Il serait en pourparlers avec d’autres parties prenantes, notamment des investisseurs institutionnels, pour atteindre cet objectif.

Fondée par Benoit Delestre et Samuel Touboul, Saviu Ventures est active dans l’écosystème des startups d’Afrique francophone depuis 2018, date à laquelle elle a commencé à déployer son premier fonds de 10 millions d’euros.

La société de capital-risque investit dans des startups en phase d’amorçage et est indépendante du secteur, mais, avec le fonds actuel, elle s’intéresse aux technologies financières, aux technologies de la santé et aux technologies climatiques, tout en ralentissant sur la mobilité électronique, le commerce électronique et la logistique électronique. .

« Nous suivrons la même stratégie de notre premier fonds, où la majorité de nos investissements ira à des startups de la région francophone, mais nous gardons toujours la possibilité d’investir dans des startups d’Afrique de l’Est, australe et du Nord qui souhaitent se développer en Afrique francophone. Afrique », a déclaré Delestre à TechCrunch.

Saviu prévoit d’investir entre 500 000 et 3 millions d’euros dans 15 à 20 startups post-revenus avec son deuxième fonds. Delestre et Touboul ont déclaré que la société de capital-risque cible les « entreprises durables » et étend à ces entreprises un soutien au développement commercial en plus de l’investissement financier. Le deuxième fonds a déjà soutenu Waspito, une société camerounaise de technologie de la santé ; Rubyx, un fournisseur SaaS de prêts numériques sénégalais ; et Workpay, un fournisseur de paie RH.

« Nous recherchons des entreprises durables. Nous ne voulons pas cibler les licornes parce que nous ne sommes pas intéressés par les entreprises ou les modèles économiques qui insistent pour brûler du cash. Notre conviction est de soutenir les entrepreneurs talentueux qui créent des entreprises durables », a déclaré Touboul.

Le premier fonds de Saviu a investi entre 250 000 et 500 000 € dans 12 startups, dont 82 % sont issues de la région francophone. Ses sociétés de portefeuille comprennent Anka (Afrikrea), une plateforme de commerce électronique ; Julaya, une néobanque ivoirienne ; Zanifu, un prêteur numérique kenyan ; Lapaire, un détaillant de lunettes présent en Côte d’Ivoire, au Mali, au Burkina Faso, au Bénin et au Togo ; et Paps, une startup sénégalaise de e-logistique.

Saviu est l’une des premières sociétés de capital-risque à s’intéresser spécifiquement à la région francophone, un écosystème qui continue d’attirer les sociétés de capital-risque en raison d’une moindre concurrence, d’une opportunité de marché massive et d’offres de haute qualité et à meilleur prix, par rapport aux régions anglophones plus matures.

En dehors des quatre grands pays (Égypte, Kenya, Nigeria et Afrique du Sud), la région francophone continue d’être la prochaine destination d’investissement pour les sociétés de capital-risque. Selon le rapport Partech 2022, la région représentait respectivement 49 % et 38 % des transactions et financements du reste de l’Afrique l’année dernière. Notamment, le financement en actions dans la région est resté presque stable l’année dernière, après avoir augmenté de 2 % pour atteindre 527 millions de dollars par rapport à 2021, année où il a enregistré une croissance gigantesque de 695 % sur un an.

« L’écosystème de l’Afrique francophone est désormais bien plus développé qu’il ne l’était en 2018, lorsqu’il y avait moins de fondateurs et pas d’incubateurs. C’est encore très loin de ce qu’on voit au Kenya ou en Afrique du Sud mais c’est bien mieux maintenant », a déclaré Delestre.

A lire également