Weavix, une startup développant des radios « intelligentes » pour les travailleurs de première ligne, lève 23,6 millions de dollars

Les travailleurs de première ligne – ceux qui fournissent des services essentiels comme les soins de santé – utilisent-ils la radio ? Ils l’ont fait autrefois. Mais avec l’avènement de smartphones et de services abordables, les radios ont progressivement cédé la place aux applications de chat vocal et vidéo sur mobile. Selon une enquête récente, 44 % des travailleurs de première ligne utilisent désormais le push to talk – essentiellement la fonctionnalité « talkie-walkie », sur leur smartphone.

Malgré cette tendance, il reste un marché robuste pour les radios bidirectionnelles pour travailleurs. C’est du moins ce que pense Kevin Turpin, co-fondateur et PDG de Weavix, une startup qui vend des radios et des logiciels destinés à aider les entreprises à gérer et à communiquer avec leur personnel de première ligne.

« Avec l’innovation sur le marché des travailleurs de première ligne, j’ai réalisé l’opportunité de créer une solution qui permet à la fois au travailleur et à la direction de conduire le changement organisationnel », a déclaré Turpin à TechCrunch dans une interview par courrier électronique. « La plateforme Weavix connecte la main-d’œuvre déconnectée via la communication et les données pour transformer l’engagement et l’efficacité de première ligne à grande échelle.

Fondée en 2022, Weavix se différencie des radios « intelligentes » – des radios cellulaires et Wi-Fi avec écran et GPS intégrés. Les radios de Weavix prennent en charge la messagerie vidéo et la messagerie texte en direct et enregistrées en plus de fonctionnalités telles que la traduction et la transcription. En back-end, les responsables peuvent envoyer des alertes à des groupes de radios ainsi qu’organiser et analyser les incidents signalés par les travailleurs, dirigeant ainsi les travailleurs là où ils doivent être.

Weavix

« Malgré l’omniprésence des appareils personnels dans la société d’aujourd’hui, les travailleurs de première ligne sont souvent confrontés à la situation inverse au travail », a déclaré Turpin. « Ne pas équiper chaque travailleur d’un appareil électronique représente une occasion manquée pour l’organisation de collecter des données vitales et de surmonter de sérieux obstacles en matière de communication. »

Les investisseurs semblent être d’accord avec cette prémisse et approuvent le modèle commercial de Weavix, basé sur les licences d’utilisation.

Weavix a annoncé aujourd’hui avoir levé 23,6 millions de dollars lors d’un cycle de financement mené par Insight Partners, portant le capital total levé de la société à 33,6 millions de dollars. Le co-fondateur et PDG, Kevin Turpin, a déclaré que l’objectif serait d’étendre les opérations aux États-Unis et d’étendre l’effectif de Weavix à plus de 150 personnes d’ici la fin de l’année.

Insight a-t-il été convaincu par la technologie de Weavix, par la dynamique client ou par les deux ? Difficile à dire sans regarder de plus près les livres. Mais sur le plan de la dynamique client, Weavix semble se porter bien : la société compte « plusieurs » clients Fortune 500 dans les secteurs de la fabrication, de la production d’aliments et de boissons, de la construction commerciale et des secteurs de l’énergie et de l’hôtellerie, selon Turpin.

Weavix est confronté à la concurrence d’Origami Labs, qui développe également des radios « intelligentes » pour les travailleurs de première ligne. Mais Grace Kotick, vice-présidente d’Insight Partners, affirme que Weavix est l’un des rares à offrir une garantie à vie pour ses appareils et une « plate-forme basée sur les données ».

« L’appareil mobile de Weavix destiné aux travailleurs de première ligne change la donne », a-t-elle déclaré dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Leurs radios intelligentes et les logiciels correspondants ouvrent un nouveau niveau de connectivité et de productivité pour le personnel de première ligne. Leur combinaison de matériel, de logiciels et de réseaux améliorés a transformé les communications pour ceux qui en ont le plus besoin.

A lire également