La micromobilité est amusante, mais c'est peut-être tout ce qu'elle sera jamais

Cela vaut en commençant par une note que je suis terriblement averse au risque, et donc… pas une tonne de plaisir. Quand Spin, filiale de micromobilité de Ford, est la première lancé une flotte de scooters électriques dans ma ville natale de Pittsburgh l’été dernier, mon instinct immédiat était très vieil homme-crie-au-nuage.

Les jeunes ont envahi les rues et les trottoirs, faisant la course au centre-ville et sur la Rive-Nord sur les trottinettes orange. Dans les parties les plus vallonnées de la ville – au cas où vous ne sauriez rien de Pittsburgh, c’est la majeure partie de la ville — ils étaient une menace immobile, abandonnés sur les trottoirs, sous les ponts et au milieu des ruelles.

J’ai radié les scooters Spin comme une conséquence inévitable de la vie en ville et j’ai juré d’éviter les transports maudits. À peu près à la même époque, deux choses se sont produites : j’ai commencé à éditer beaucoup de Rebecca Bellan‘s à TechCrunch, et j’ai commencé à sortir avec un gars qui jure que les scooters sont amusants.

Les fondateurs de startups de micromobilité ont avancé de nombreux arguments pour expliquer pourquoi les flottes de scooters et de vélos électriques ont du sens. D’abord et avant tout, ce ne sont pas des voitures, ce qui est excellent pour améliorer la qualité de l’air et améliorer le trafic aux heures de pointe. Ils peuvent aider à résoudre le « problème du dernier kilomètre » – amener les gens du dernier arrêt du métro ou de la ligne de bus à leur domicile ou à leur travail. Ils sont en théorie plus abordables que de posséder une voiture ou même de héler un taxi ou un Uber, résolvant des problèmes d’équité évidents pour les personnes à faible revenu.

Je n’y croyais pas – ils m’ont semblé dangereux, branlants et non durables à plusieurs niveaux. Les capital-risqueurs n’étaient pas d’accord, déversant des millions dans des sociétés comme Bird et Lime.

Si vous avez lu TechCrunch, vous savez ce qui s’est passé ensuite.

A lire également